L’aventure Autolib’ s’arrête à Paris

L’aventure Autolib’ s’arrête à Paris



Auto

L’aventure Autolib’, le service parisien de voitures électriques partagées, a pris fin mardi à 23 h 59.

Cet arrêt brusque découle de la décision, au mois de juin, du syndicat Autolib’ Velib’ Métropole (SAVM) de rompre son contrat avec le groupe Bolloré, propriétaire des “Bluecars”.

Le groupe Bolloré exige du syndicat un règlement de minimum 150 millions d’euros pour éponger le lourd déficit estimé à 250 millions.

Avec beaucoup de questions en suspens, les salariés et les usagers sont inquiets.

L’avenir des salariés dépend désormais d’un plan de sauvegarde de l’emploi, en négociation depuis fin juin entre la direction et les syndicats, pouvant comprendre la mise en place de départs anticipés.

Quant aux utilisateurs d’Autolib’, quelque 42 000 d’entre eux ont signé une pétition en ligne, lancée par un certain R. Jackman, qui estime “aberrant” de supprimer “ce service qui devrait être reconnu d’utilité publique“.

Malgré l’échec des “Bluecars”, l’avenir de l’autopartage ne semble pas menacé pour autant. Renault proposera dès septembre un système similaire à Paris, mais sans abonnement cette fois. Le constructeur automobile PSA aurait aussi une offre pour le marché.

D’ici là, les 4 000 voitures “bleues” de Bolloré auront disparu des rues de Paris.

M.L. (st.) (avec AFP)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *